L’Italie, pays du cuir et de la maroquinerie par excellence

Absolème Italie pays du cuir et de la maroquinerie

C'est bien connu, les cuirs italiens sont réputés parmi les plus beaux cuirs du monde. Souplesse de la matière, qualité du tannage, minutie des finitions : l'Italie possède un savoir-faire unique en maroquinerie, enseigné de génération en génération. Les grandes marques de luxe ne s'y méprennent pas, et nombreux sont les ateliers de maroquinerie présents en Italie, tout particulièrement en Toscane. C'est le cas par exemple de Louis Vuitton : espérant augmenter ses ventes de maroquinerie, la marque vient d'ailleurs d’implanter sa 3e salle d’exposition dans la capitale italienne, Rome. Mais le créateur de mode n’est pas le seul. Plus généralement, la société LVMH a aussi mis en place sa nouvelle unité de production de maroquinerie à Sienne, plus précisément à Radda in Chianti. Et chez Absolème, même combat : si toute notre maroquinerie est produite en Italie, ce n'est pas pour rien.

 

L’Italie, acteur majeur dans le secteur du cuir

La Botte garde jalousement la 1re place en valeur dans l’exportation mondiale de cuir fini, avec un taux de 22 % qui représente les 2/3 de la production en Europe. Les 65 % du chiffre d’affaires de la filière cuir en Europe sont générés par l’Italie. Le pays tient sa renommée de ses trois principaux districts producteurs, à savoir la Vénétie dans le Nord-Est, la Toscane dans le Centre, et la Campanie dans le Sud. Pays de grande tradition, l’Italie compte plus de 1 200 entreprises exerçant dans le secteur. Pas moins de 70 % de sa production s’exporte, ce qui représente 3,8 sur 5,1 milliards d’euros, alors qu’en 1992, la Péninsule n’exportait que 35 % de sa production.

Absolème Florence cuir Italie

La belle ville de Florence, en Toscane

Au bout d’une nette évolution, l’Italie se démarque de nos jours au point d’adopter le surnom de « laboratoire mondial du cuir ». Citons l’une de ses villes les plus représentatives : Solofra. Cette cité située en Campanie, à proximité d’Avellino, a commencé à tanner et à produire du cuir en 1900. L’activité a prospéré, boostée par la renommée de l’Italie dans l’univers de la mode. De nos jours, on compte au moins 200 tanneries à Solofra. La production journalière, rien que dans cette ville, remonte à 250 000 peaux, avec un chiffre d’affaires totalisant à plus d’un milliard d’euros.

 

Le cuir Italien : une qualité exceptionnelle

La principale force du cuir italien est sa qualité. La Chine dépasse l’Italie en volume exporté, mais la qualité de ses produits laisse à désirer. D’ailleurs, les tanneurs italiens ont su se faire une place dans le marché chinois, expédiant 12 % environ de leurs exportations.

Empruntons les propos de Gianni Russo, président de l’Union italienne de la tannerie-mégisserie, pour confirmer la qualité des produits italiens en cuir : La production italienne « se situe sur la partie la plus haute du marché, avec une forte valeur ajoutée, soit les cuirs les plus précieux et innovants. »

Dans le domaine de la tannerie de luxe, les exigences des clients obligent les grands groupes à améliorer leurs produits. Le directeur du groupe toscan Antiba, Graziano Balducci, a son mot à dire là-dessus : « Autrefois, nos clients étaient beaucoup plus petits que nous. Maintenant, ils sont beaucoup plus gros. »

Absolème cuir italien Michael Jackson

Michael Jackson dans son clip Thriller

La clientèle recherche la qualité. Elle l’a trouvée chez les tanneurs italiens. Savez-vous que Michael Jackson a acquis sa veste rouge à rayures noires, celle en cuir qu’il portait au tournage du clip Thriller, à Solofra, la capitale du cuir ? Ici, les peaux de chèvre et d’agneau traitées pour la maroquinerie et l’industrie de la mode deviennent des produits de qualité, à l’instar du cuir nappa qui se distingue par sa douceur et par sa souplesse. Vous pouvez faire un tour dans la ville, juste pour apprécier la qualité de vestes italiennes en cuir qui, notons-le, sont des vêtements emblématiques du pays.

Tout en innovant continuellement, la production italienne respecte le développement durable. Elle en fait même un mot d’ordre.

 

Le travail du cuir dans la maroquinerie italienne

Les 130 millions de mètres carrés de peaux, dont 95 % sont importés, travaillés et transformés en chaussures, vêtements, sacs, revêtements mobiliers et intérieur de voitures, par les petites et moyennes entreprises familiales et par les grands groupes industriels. Ces derniers ont pour principaux clients les industriels œuvrant dans la construction automobile.

Absolème voiture cuir Italie

Les groupes de technologie et les fournisseurs de produits chimiques travaillent à côté des tanneurs. Cette collaboration de proximité augmente considérablement la compétitivité des entreprises de la filière cuir.

Un passage en Vénétie vous permettra par exemple de percer le secret du cuir tressé. La maison Bottega Veneta se distingue par son produit phare, le sac cabat.

Absolème cuir Italie Bottega Veneta

Sac cabat Bottega Veneta en cuir tressé, disponible pour la modique somme de 6 700€

Pour le développement durable, Graziano Balducci a affirmé, lors du salon Lineapelle qui s’est tenu à Milan, que ses ateliers de production diminuent la quantité d’eau employée, ils n’utilisent pas de solvants, mais plutôt des produits biodégradables. En général, le secteur de la tannerie – maroquinerie aurait diminué sa consommation d’eau de 18 % et d’énergie de 28 % de 2013 à ce jour. Dans la même foulée, les déchets auraient diminué de 13,5 %. Le dispositif de traçabilité mis en place par les industriels italiens du cuir rassure ces derniers et leur garantit le bien-être de l’animal d’où provient la matière première. C’est le cas des peaux de chèvre commandées par Antiba en Inde. L’entreprise Priante du groupe JBS, elle, soutient, qu’elle connaît l’animal d’où provient chaque peau qu’elle commande au Brésil, et qu’elle sait à quelle date l’animal a été tué pour le dépouiller de sa peau.

Faisons maintenant un détour à Florence. Il a fallu dix années, pour cette ville italienne, pour se hisser au sommet, et devenir la capitale mondiale de la maroquinerie. Ici, on taille le cuir depuis le Moyen-Âge. Les talentueux et dévoués artisans toscans, dotés de leurs techniques ancestrales, y transforment le cuir italien en chaussures et sacs sur les rives de l’Arno.

Revenons ensuite dans la célèbre ville de Campanie, Solofra, pour évoquer le procédé employé par ses artisans. Pourquoi ? – Parce que la méthode est reconnue mondialement à travers la qualité des produits qui en ressortent. Il s’agit d’une technique traditionnelle, dont seuls les artisans de la région détiennent le secret.

Pour parvenir actuellement à décrocher le surnom de « géant mondial du cuir », l’Italie a connu des hauts et des bas, mais les tanneurs du pays ont, à chaque fois, fait preuve d’une capacité d’adaptation hors du commun, au sein d’un marché international bouleversant. L’on se rappelle de cette chute de prix causée par les tensions commerciales au niveau mondial qui a beaucoup ralenti la vente de chaussures italiennes, et maintenant, le covid-19…

 

Le sujet vous intéresse ? Voici d’autres articles similaires qui pourraient vous plaire :

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés