COMMENT LES CONCEPT STORES EN LIGNE INNOVENT-ILS ?

Absolème comment les concept stores en ligne innovent-ils ?

On vous l’expliquait ici, un concept store, c’est avant tout une boutique liée à une thématique donnée. C’est d’ailleurs bien plus qu’une boutique : le concept store est devenue une véritable expérience d’achat, un lieu de vie qui rivalise de créativité, et pour certains même un mode de vie.

Alors que depuis ces dernières années les règles changent et que le monde du retail se voit bouleversé de nouvelles valeurs, nouveaux repères et nouvelles exigences des consommateurs, on assiste en parallèle à l’essor des boutiques en e-commerce. Oui mais, face à une telle concurrence, à une telle diversité du choix, il devient facile pour les clients de se perdre dans ce labyrinthe d’une offre illimitée. Innover et se démarquer devient alors vital pour les boutiques et concept stores en ligne. Comment les concept stores en ligne innovent-ils ? Comment font-ils pour se renouveler et toujours mieux répondre aux attentes des consommateurs ?

 

L’Essor des concept stores

Le premier concept store français, l’Eclaireur, a ouvert ses portes en 1980. Magasin avant-gardiste et insolite pour l’époque, le bien nommé Eclaireur a sans le savoir ouvert la voie a bien d’autres enseignes. En 1987, c’est Colette qui s’installe dans sa célèbre boutique au 213 rue Saint-Honoré, Paris 1er. Véritables institutions, ces premiers concepts stores ont été suivis par d’autres, aujourd’hui tout aussi reconnus : Merci, Fleux, Archive 18-20 pour ne citer qu’eux.

Le principe du concept store séduit et intrigue des consommateurs toujours en recherche de nouveautés et d’expérience. On observe ainsi dans le monde du retail deux phénomènes :

  • La conceptualisation des Grands Magasins

Si les années 1990 ont vu une baisse globale de la qualité de l’offre des boutiques, les Grands Magasins ont ces dernières années pris le contre-pied complet de cette stratégie. Désormais, les Grands Magasins sont un lieu où se vendent produits de créateurs et marques haut de gamme. Les espaces sont repensés, les parcours plus adaptés à la balade, les décorations et vitrines rivalisent de créativité. Les magasins se dotent même d’espaces café ou restaurant. Les trois enseignes majeures concernées par ce phénomène étant le Printemps, les Galeries Lafayette et le Bon Marché, mais ce sont loin d’être les seules – le BHV en est un autre exemple. On y flâne, on s’y promène avec plaisir, on y puise de l’inspiration et on y trouve à coup sûr les dernières tendances en avant-première.

  • La multiplication des nouveaux concepts stores

On l’expliquait plus haut, les concept stores se sont fortement multipliés ces dernières années. Alors que les institutions créées à partir des années 1980 étaient liées au luxe et positionnées haut de gamme, les concept stores modernes se veulent plus accessibles : aussi bien au niveau de leur cible, plus large et moins élitiste, que de leur prix, moins haut de gamme. On peut citer par exemple Fleux, un concept store design et déco qui a ouvert ses portes dans le Marais (Paris) en 2005. Ou encore Merci, ouvert en 2009, à l’objectif solidaire et dont l’ensemble des bénéfices est reversé à des associations.

Avec la démocratisation d’internet et l’essor du e-commerce il y a maintenant une dizaine d’année, cette multiplication des concepts stores s’est poursuivie sur la toile. Contrairement aux boutiques physiques, lancer un concept store en ligne s’avère être un challenge : créer un univers créatif et un espace de flânerie à travers un écran devient bien plus abstrait et délicat.

 

Innovation ou retour aux sources ?

Pour pallier à cette difficulté et pour réinjecter de la créativité via internet, il est vital pour les concepts stores d’être capable d’innover. Un concept store qui innove, c’est un concept store qui est capable de se réinventer pour toujours mieux répondre aux attentes de sa clientèle. Alors innover, oui, mais pas dans tous les sens : il faut être à l’écoute de sa clientèle, car personne n’est mieux placé qu’elle pour savoir quelle direction prendre.

A l’heure actuelle, si l’on est à l’écoute des consommateurs, on constate une tendance à rejeter les anciennes valeurs de la mode, à laquelle on reproche de pousser à la surconsommation, et à manquer de transparence. A l’inverse, aujourd’hui, les volontés sont claires : les consommateurs veulent avoir affaire à des marques qui ont des valeurs qui leur parlent. C’est ainsi que Veja, marque de baskets issues du commerce équitable, ouvre en 2010 son concept store Centre Commercial, alliant deux valeurs clefs : créativité et éco-solidarité.

Un besoin de retour à l’humain se fait sentir, qui va de pair avec une envie croissante de faire appel à des marques de créateurs. Connaître la personne derrière la marque, et porter des pièces originales réalisées en quantité limitée, sont des luxes de plus en plus recherchés.

 

Quand e-commerce et lieux physiques ne font plus qu’un

Finalement, e-commerce ou non, applications mobiles ou non, gadgets high-tech ou non, le secret de l’innovation des concept stores ne réside pas dans la capacité à coder, mais bien dans l’humain, dans la capacité à créer du lien et à surprendre. Le modèle traditionnel des boutiques uniquement en physique devient obsolète, et rester uniquement en e-commerce revient à s’auto-limiter. On assiste ainsi à un renouveau des modèles en retail, qui lient à la fois e-commerce et lieux physiques : en particulier via des boutiques événements éphémères, ou pop-up stores. Asos, géant de l’e-commerce en prêt-à-porter créé en 2000, l’a bien compris et a ouvert son tout premier pop up store à Paris en mars 2019.  Quelle meilleure occasion pour rencontrer sa clientèle, échanger avec elle, et véhiculer les valeurs de sa marque ? Les pop up stores sont devenus le compromis idéal entre praticité du e-commerce, et lieu de vie ponctuel et nomade.

 

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez ici ce qu’est un concept store, et ici notre sélection des meilleurs concept stores à travers le monde !

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés